Critique

Adressons que la série animée originale Avatar, Last Airbender (2005-2008) et la suite, Legend of Korra (2012-2014), créées par Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko. Ces séries ont marqué les esprits avec la complexité de leurs personnages et les intrigues de leur histoire. Elles ont dépassé leur public jeunesse, pour intéresser aussi un public adulte. Lorsque Netflix a offert Avatar, Last Airbender sur sa plateforme de streaming en 2020, la série s’est placée #1 la plus écoutée de sa catégorie, quinze ans après le lancement du premier épisode. Le tout a débuté avec un petit budget, et qui a grandi pour devenir une série culte; une des meilleures qui soit.

(Il est à noter que pour les deux séries disponibles en Amérique, seule la première saison a été traduite en français; il semble exister une traduction complète pour la France et la Belgique.)

L’histoire

Dans un monde où certaines personnes ont le pouvoir de manipuler un des quatre éléments (feu, air, eau, terre), l’Avatar est la seule personne qui puisse manipuler les quatre, et maintenir l’équilibre. Lorsque Avatar Aang, un jeune moine de la Nation de l’Air, se réveille après une absence de cent ans, le monde est déchiré par la conquête de la Nation du Feu. Avec l’aide de ses amis Katara, Sokka et Toth, Avatar Aang entreprend la dangereuse quête de ramener l’équilibre et la paix du monde, tout en gardant son intégrité en tant que dernier maître de l’air.

Après que Aang ait vécu sa vie et se soit éteint à un âge honorable, le cycle de réincarnation de l’Avatar passe à une jeune fille, dans la suite de la série, Legend of Korra. On revisite le monde qu’on a aimé et qui a avancé d’une cinquantaine d’années. Cette série est adressée à un public qui a grandi et qui a atteint l’adolescence. Les enjeux autour de Korra sont plus complexes, plus politiques, plus sombres et dramatiques. Et la série n’hésite pas à parler de sujet comme le TSPT (Trouble de stress post-traumatique; PTSD en anglais.

L’histoire d’Avatar, Last Airbender s’étend sur trois saisons: «Livre un: l’Eau», « Livre deux: La Terre» et « Livre trois: le Feu », avec une une vingtaine d’épisodes chacune. Sur le site de IMDb (Internet Movie Database), la série est cotée 9.3 / 10 (250’000 votes), une note rarement atteinte sur ce site.
Legend of Korra pour sa part est en quatre saisons d’une douzaine d’épisodes chacun: « Livre un: l’Air», « Livre deux: Les Esprit», « Livre trois: Le Changement» et « Livre quatre: L’Équilibre ». La série est cotée 8.4 / 10 (100’000 votes) sur IMDb.

Humbles débuts

Les premiers épisodes d’Avatar, Last Airbender commencent à mal vieillir. Elles souffrent surtout d’avoir eu un faible budget de départ (évident par la qualité visuelle moyenne, la simplicité des images de fond, de la trame musicale et de la mauvaise compression digitale).

Avatar Aang, Sokka, Toph & Katara

Avatar Aang, Sokka, Toph & Katara

Lorsque je me suis lancée pour écouter la série la première fois, j’ai dû accorder une bonne dizaine d’épisodes, avant de voir l’histoire et les personnages s’installer. Il faut dire que la majorité des téléséries débutent avec un épisode « pilote », plus long que les autres, pour établir les bases de l’histoire et des personnages… ce que Avatar, Last Airbender n’a pas. J’ai eu l’impression que certains personnages n’étaient pas bien élaborés au début (comme l’oncle Iroh, qui se caractérise et se raffine au fil des épisodes, et qui devient un des personnages les plus attachants de tous).

Heureusement, le moment où l’histoire a le vent dans les voiles, je me suis s’attachée aux personnages et j’étais avide de connaître la suite. La qualité visuelle s’améliore en cours de route. La finale de la première saison est renversante. La deuxième saison se poursuit avec l’entrée d’un nouveau personnage (Toph). La troisième saison est d’autant plus époustouflante que les précédantes.

La série d’Avatar, Last Airbender a été si bien reçue, que Nickelodeon a poursuivi avec Legend of Korra. Et là, par la qualité du dessin, de l’animation et de la musique, un meilleur budget était clairement derrière pour élever cette série à sa juste valeur.

Distinction

Alors, qu’est-ce qui fait que cette série s’est tant démarquée?
Globalement, c’est une série intelligente et différente. Elle résout les dilemmes comme aucun autre; elle amène des solutions différentes et réfléchies. Les deux séries comprennent aussi un nombre significatif de personnages féminins forts, impliqués et distincts, tel qu’on les aime.

Dans Avatar, Last Airbender, les protagonistes confrontent le même groupe d’antagonistes sur trois saisons. Les personnages sont attachants, ils ont tous leur place dans l’histoire. On vient même à sympathiser avec plusieurs antagonistes. Et ici, on touche un point majeur: tous les fans pourront le confirmer. L’antagoniste Prince Zuko, avec la voix de l’acteur Dante Basco, est un personnage incroyable; son arc à lui tout seul vaut le déplacement. On dit que les meilleures histoires sont celles où le duo protagoniste-antagoniste est parfaitement balancé, où ils sont aussi intéressants l’un que l’autre, où ils sont irremplaçables pour raconter cette histoire en particulier. Avatar, Last Airbender, c’est précisément ça!

Dans la série Legend of Korra, chaque saison a un groupe d’antagonistes différents, donc quatre arcs d’histoire différents. La série est aussi plus politique, plus sombre, dramatique, mais toujours avec la délicatesse d’amener des solutions différentes. Le Studio Mir, basé à Séoul en Corée du Sud, est derrière la conception graphique et l’animation de Legend of Korra, et amène un esthétisme visuel de haute qualité. Les images de fond et l’animation sont superbes, et la trame sonore est magnifique, orchestrale, avec plusieurs instruments traditionnels de l’Asie qui donne une fine touche d’authenticité.

En conclusion, les séries Avatar, Last Airbender et Legend of Korra sont pour moi des incontournables. J’aime les revisiter toutes les quelques années. Elles sont devenues mon point de référence, qui placent la barre haute, pour comparer les séries animées.

N’hésitez pas à me laisser savoir ce que vous pensez de ces séries, dans les commentaires ci-bas!

(de gauche à droite) Zhu-Li, Varrick, Avatar Korra, Bolin (derrière) Assami, et Mako

Un commentaire

  1. Merci de me l’avoir fait découvrir, ce sont deux séries animées qui en valent la peine et elles ont une touche particulière pour moi aussi parce que la fille d’une amie les aimait beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires